Vendredi, à Prague, débutera la Laver Cup. Une compétition exhibition, qui opposera une équipe européenne et une équipe monde, imaginée par Roger Federer et son agent Tony Godsick.

Roger Federer / Clive Brunskill ©Laver Cup

Roger Federer / Clive Brunskill ©Laver Cup

« Le but n’est pas de créer une exhibition de plus, mais une compétition qui va s’inscrire dans la durée, avec des matchs de grande intensité. Les joueurs vont se donner à fond motivés par les capitaines. Mais aussi par le fait de pouvoir faire équipe avec ceux qui sont habituellement leurs rivaux. C’est notre slogan. » Voilà comment Roger Federer décrivait en février dernier, pour Le Parisien, la Laver Cup (en hommage à Rod Laver) qu’il a inventée avec son agent Tony Godsick. Mercredi, à Prague, lieu où se déroule cette épreuve inspirée de la Ryder Cup en golf, le Suisse a paradé, place de la Vieille-Ville, avec ses camarades de jeu.

Pour cette première édition, qui débutera vendredi à l’O2 Arena Prapha et qui s’achèvera dimanche, le casting de cette épreuve est alléchant. Roger Federer, Rafael Nadal, Alex Zverev, Dominic Thiem, Marin Cilic et Tomas Berdych composent l’équipe européenne, avec comme capitaine Björn Borg qui fera face à l’équipe « reste du monde », composée de Sam Querrey, Nick Kyrgios, Denis Shapovalov, Frances Tiafoe, Jack Sock et John Isner avec comme capitaine John McEnroe.

Comment ça marche ?

Moins d’une semaine après les demi-finales de la Coupe Davis, voilà que débarque la Laver Cup, se déroulant la même semaine que les tournois ATP 250 de Metz et de Saint-Pétersbourg, de quoi faire grincer quelques dents du côté des organisateurs de ces tournois, qui auraient pu attirer chez eux Sock, Shapovalov ou encore Isner. Côté matchs, ils se dérouleront en deux sets avec un éventuel super tie-break (10 points). Il y aura 4 rencontres par jour (3 simples et un double). Le vendredi, une victoire rapportera 1 point, le samedi 2 points et le dimanche 3 points. La première des deux équipes qui obtiendra 13 points sur les 24 possibles aura gagné. Dans la même équipe, Rafael Nadal et Roger Federer devraient ainsi jouer ensemble en double, dans un tournoi ne rapportant ni points ATP ni prize money (officiel), mais de colossales primes aux joueurs, dont le montant n’a pas été révélé. En bon marketeur, Roger Federer a rameté ses principaux sponsors (Nike, Wilson, Mercedes, Moët & Chandon…) pour monter ce tournoi des légendes version haut de gamme, imaginé avec son agent et ses équipes un court au revêtement noir, pensé à une Fan Zone, vendu sa compet’ à 24 diffuseurs et mis en place une politique tarifaire élevée (à la session ou pour plusieurs jours). Il faudra débourser entre 180€ et 2 196€ pour voir jouer ce week-end le Maître et ses collègues du circuit ATP. Pas de quoi effrayer les fans, qui se sont rapidement précités sur les précieux sésames, au point que le tournoi se jouera quasiment à guichets fermés.


E-A

 

0 Commentaires

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire