Yannick Noah se souviendra longtemps de ce week-end à Rouen. Après la victoire 3-0 contre la Grande-Bretagne, le capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis fait le bilan.

©SoTennis

©SoTennis

Sur le double 

« Encore une fois en double, ça se joue à trois, quatre points. C’était serré. Et sur ces points-là, Julien (Benneteau) et Nicolas (Mahut) ont été bons. Ce fut un week-end parfait, surtout au niveau des émotions, uniques. Comme quoi, on peut encore avoir la chair de poule, les larmes aux yeux, il y a encore de la vie… Petite raquette, petite balle… Grâce à ça, on vit des choses qui nous font vibrer. »

Concernant le prochain adversaire, la Serbie

« On va appeler les sorciers, et j’espère que Djokovic ne va pas venir. En réalité, ça m’est égal qu’il soit là ou pas. Moi, ce que j’aimerais, c’est gagner la Coupe. L’an dernier, on a joué la demie à l’extérieur, là on jouera chez nous. C’est bon de jouer chez nous ! Cette emi-finale est dans 5 mois, il va se passer beaucoup de choses. Mais évidemment la priorité sera à ceux qui ont fait preuve d’un formidable état d’esprit autour de cette compétition »

À propos de son rapide échange, après le double, avec le président de la Fédération internationale, présent en tribune présidentielle

« Je lui ai dit  »Voilà Monsieur, c’est ça la Coupe Davis, et si jamais la finale a lieu en terrain neutre, vous allez tuer l’épreuve. » Je voulais faire ça après une victoire, c’est plus facile. »

Propos recueillis par E-A à Rouen.

 

0 Commentaires

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire