Benoît Paire : «Je me sens bien»

Benoît Paire : «Je me sens bien»

5 juillet 2018 0 Par SoTennis

Benoît Paire s’est qualifié pour le troisième tour de Wimbledon. Jeudi, le Frenchie a battu en quatre sets (0-6, 6-2, 6-4, 7-6) Denis Shapovalov, tête de série n°26. Au prochain tour l’Avignonais affrontera Juan Martin Del Potro.

 Concernant sa victoire du jour :

 «J’ai vraiment zéro douleur. J’ai eu deux jours très difficiles. Je me suis réveillé aujourd’hui (jeudi) en étant au top. Je savais que j’allais défendre mes chances à 100%. Le début de match a été un petit peu dur. Je sais que j’ai cette fissure  (du ménisque du genou gauche) je sais qu’elle est là. Il faut que je fasse attention. En tout cas pour l’instant cela tient bien. Après le premier set, à 0-6, 0-1, 0-15, je fais une double faute, bien sûr qu’il y a un peu de panique. Je ne rentre pas forcément bien dans la partie. J’ai envie de jouer mes jeux de service pour rentrer dans le match et Denis commence très fort, en jouant un tennis de rêve, où il ne loupe pas grand-chose. Moi, je ne sers pas bien et lui m’agresse. Comme je l’avais dit après le Masters 1000 de Madrid (battu au deuxième tour par le Canadien) c’est un joueur qui m’impressionne. Un joueur qui va faire très mal dans les années à venir. Je le vois très très fort aussi sur cette surface. Ensuite, même si je gagne le deuxième set 6-2, tous les jeux sont accrochés. Lors du troisième set les choses étaient un peu plus « faciles ». Le quatrième set j’ai quatre balles de break à sauver, jusqu’à ce jeu à 5-4, où là cela devient un peu plus dur. Je sens que la pression monte. Puis finalement je m’en sors bien avec ce lob sur la balle de set qui tombe sur la ligne. Je suis allé chercher ce match. Dans l’ensemble je suis satisfait de ma prestation d’aujourd’hui. »

 À propos de son prochain adversaire :

 « Je fais match après match. Cette partie de tableau était l’une des plus dures. Avec Andy Murray au premier tour, qui n’était pas tête de série, Denis Shapovalov ou Jérémy Chardy au deuxième tour, puis Juan-Martin Del Potro ou Feliciano Lopez, je ne voyais pas un joueur qui n’était pas excellent sur cette surface. J’ai passé les deux premiers obstacles, avec un peu l’aide de Murray qui s’est retiré. Del Potro maintenant, cela ne me fait pas forcément peur. J’ai beaucoup de respect pour ce joueur, parce que je trouve qu’après tout ce qu’il a vécu, revenir comme cela, c’est exceptionnel. C’est un exemple à suivre. Je retiens surtout que je suis très calme sur le court. Même si je m’énerve un petit peu de temps en temps, c’est pour me booster. Je vais essayer de jouer mon jeu. De faire comme aujourd’hui (jeudi). De bien servir, et de profiter de chaque occasion si j’en ai.».

 Sur le gazon et son état d’esprit actuellement :

 «C’est une surface que j’apprécie. Je prends du plaisir à faire des petits coups.À faire du service-volée que je fais sur les autres surfaces. Je ne sais pas pourquoi je disais que je n’aimais pas cette surface. Sans doute parce que j’étais jeune et un peu stupide par moment. La surface demande des efforts différents, mais oui j’aime le gazon. Maintenant, lorsque je vois les joueurs qui s’énervent cela me paraît débile. À présent, je ne me force pas à rester calme. Je le fais naturellement. Aujourd’hui à 0-6, 0-1, je suis resté positif, à essayer de trouver des solutions de m’encourager. Pour moi, maintenant cela me paraît naturel, on me l’a tellement dit. Mais il fallait que j’en prenne conscience. À partir du moment que j’ai eu ce déclic, je trouve que depuis Madrid, je suis vraiment différent. Cela me plaît d’être comme ça. J’ai eu beaucoup de discussions avec mes proches sur ce sujet. Mais il fallait que j’aie un déclic. Ce déclic, c’est plus toutes les discussions que j’ai eues avec mes proches. Je suis content de le faire maintenant, même si j’aurais aimé le faire plus tôt» a déclaré Benoît Paire, jeudi en conférence de presse

Propos recueillis par E-A à Wimbledon.