De la lumière, du bruit et du spectacle

De la lumière, du bruit et du spectacle

20 août 2018 Non Par SoTennis

Dernière levée du Grand Chelem de l’année, l’US Open offre toujours un spectacle qui est à la hauteur de son gigantisme. De par son ambiance dans les allées et surtout dans les tribunes, sortir vainqueur du terrain demande aux joueurs un degré supplémentaire de concentration. Surtout, sur l’Arthur Ashe Stadium, le plus grand court de tennis au monde, où se mêlent bruit,spectacle et lumière.

En 1978, l’US Open se met au dur. Alors qu’il se déroulait auparavant sur terre battue, à Forest Hills, le tournoi profite de son déménagement à Flushing Meadows, pour changer de surface, et d’ambiance. Depuis, la dernière levée du Grand Chelem de l’année, n’a pas cessé de se démarquer. L’Arthur Ashe Stadium (inauguré en 1997), doté, depuis l’édition d’un toit rétractable, est à l’image de Big Apple. Bruit, gigantisme, vitesse… Dans les tribunes, tout est permis ou presque. Pendant les échanges, les spectateurs mangent, boivent, p,arlent, se lèvent, marchent… le bruit de fond est présent en permanence. Tout en haut du dernier rang du court central, impossible de voir la balle. Mais qu’importe, le but, c’est d’être là, dans l’ambiance de l’US Open, et de profiter du moment. En ce qui concerne le bruit, Flushing Meadows est d’ailleurs le seul stade où les joueurs tolèrent une telle ambiance. Lors des changements de côté, musique et images sur les écrans géants viennent animer ce moment de pause. « Jouer sur l’Arthur Ashe Stadium, c’est spécial, dixit Roger Federer quintuple vainqueur de l’US Open. L’ambiance y est toujours très «électrique », encore plus lors des nigth session.» En effet, en fin de journée, sous une lumière de fin du jour, les ombres sur le court se détachent, pour laisser la place aux sessions de nuit. Pendant que le soleil se couche sur la skyline de Manhattan, l’ambiance monte d’un cran en tribunes. Une ambiance qui est bien différente de celle de la journée, où la décontraction est de rigueur. En début de tournoi le Kid’s day (dont la première édition s’est déroulée en 1996) est un véritable événement, avec la participation de nombreux joueurs et de quelques célébrités Made in USA. Le but de cette journée, où tennis et musique sont au programme, est de récolter des fonds, au profit de diverses associations caritatives, soutenues par l’USTA (la Fédération américaine de tennis). Au cœur du stade, on retrouve quelques vastes espaces de convivialité où les spectateurs peuvent s’octroyer un moment de détente, ou se restaurer. Si le vent s’invite, les odeurs de fritures et de grillades viennent titiller les narines des joueurs évoluant sur les courts d’à côté. C’est ainsi que l’US Open se caractérise. Un savant mélange de gigantisme, de tennis et de bruit. S’y rendre est une expérience à part entière, y jouer, l’est tout autant. Néanmoins, malgré cette atmosphère si particulière à l’US Open, comme ailleurs, le spectacle se passe avant tout sur le court.

E-A