Rafael Nadal : «Je n’oublie pas la situation à travers le monde»

Rafael Nadal : «Je n’oublie pas la situation à travers le monde»

11 octobre 2020 0 Par SoTennis

Victorieux, dimanche, de son treizième Roland-Garros, Rafael Nadal s’est montré en conférence de presse satisfait de cette nouvelle victoire dans son jardin, mais n’oublie pas le contexte sanitaire dans lequel le monde entier se trouve actuellement.

Rafa, Federer a, sur les réseaux sociaux, décrit cette 13e victoire à Roland-Garros comme l’une des réalisations les plus incroyables dans le sport. Qu’est-ce que ça dit à propos de toi ? Et qu’est-ce que tu voudrais dire ?

Je n’ai rien regardé sur les réseaux sociaux. Mais merci Roger pour ce message. Comme tout le monde le sait, nous avons une relation excellente. Nous nous respectons énormément l’un et l’autre. Et en même temps, d’une certaine manière, je pense qu’il est heureux quand je gagne et je suis heureux quand il réussit bien. Donc d’une certaine manière, pour moi, cela veut dire beaucoup d’avoir cette relation positive avec Roger, parce que nous sommes des rivaux depuis si longtemps. Je ne peux que le remercier.

Vous n’aviez joué que 9 matches depuis votre victoire à Acapulco. Étiez-vous préoccupé de ne pas avoir assez de matches avant de jouer contre Novak Djokovic ?

Oui, bien sûr. Les doutes font partie de la vie. Je dis toujours la chose : les doutes, c’est bien, cela veut dire que vous ne vous considérez pas comme trop bon. Bien sûr, l’année a été difficile pour tout le monde. Bien sûr ma préparation pour ce tournoi n’a pas été une préparation parfaite. Mais d’une certaine manière, je me suis entraîné sur terre battue depuis longtemps parce que je n’ai pas joué en Amérique. Donc, oui, j’avais des doutes avant le match, mais c’est vrai que mon niveau de confiance dans le tennis s’est amélioré au fil des jours pendant ce tournoi. Mes sensations en demi-finale ont été encore meilleures. Je me suis entraîné ce matin pendant les échanges pour l’échauffement et hier, mon niveau de confiance, quand je frappais la balle était au top. Donc je n’étais pas super confiant, parce qu’on ne peut jamais être très confiant quand on monte sur le terrain contre Novak. Mais j’ai été positif. Je me suis dit : «je vais pouvoir jouer un bon match.

Après votre premier match, vous avez dit que l’atmosphère avec très peu de personnes dans les tribunes était un peu triste. C’est triste à cause de ce que le monde a traversé ces derniers mois. Maintenant que vous avez atteint ce sommet incroyable, vous êtes très certainement heureux. Est-ce que vous vous sentez encore triste du manque de public dans les tribunes ?

Bien sûr c’est un jour important pour moi. Mais je ne suis pas stupide, c’est toujours une situation toujours très difficile et risquée à l’échelle mondiale. Si vous me demandez quels sont mes sentiments, bien sûr, je suis très heureux, mais d’un autre côté, je ne suis pas si heureux à cause de la situation qui est difficile pour la plupart des gens à travers le monde. Donc nous n’avons pas profité d’un public nombreux d’une atmosphère incroyable. Donc ce n’est pas parce que j’ai gagné le tournoi que j’ai changé mon point de vue sur la situation que je trouve toujours triste. Nous avons la chance d’avoir pu nous entraîner, pu pratiquer notre sport et faire le tournoi. Nous ne pouvons que remercier l’ATP de l’US Open et Roland-Garros qui ont fait des efforts énormes pour organiser ces événements dans des conditions difficiles. Je n’oublie pas la situation à travers le monde. J’espère vraiment que la situation va s’améliorer très rapidement.

Novak a dit que vous avez joué les deux premiers sets pratiquement parfaitement. Est-ce que vous pensez que ce sont les deux meilleurs sets que vous ayez joués à Roland-Garros ?

C’est Novak qui l’a dit ? Oui, bien sûr, j’ai joué à un niveau de tennis incroyable les deux premiers sets et demi, j’ai vraiment très bien joué. Je ne peux pas dire autre chose. C’est impossible d’avoir ce score contre lui sans jouer un tennis excellent. J’ai joué une excellente finale avec mon plus haut niveau, quand je devais jouer à mon plus haut niveau. J’en suis très fier. La satisfaction personnelle est très grande compte tenu des circonstances dans lesquelles on a joué Roland-Garros. Même si j’ai joué un match formidable cette après-midi, les conditions ne sont pas les conditions que j’aurais choisies pour jouer lors d’un événement comme celui-ci. Mais j’ai pu m’adapter. J’ai pu bien m’adapter comme je l’ai dit le premier jour, j’ai su rester positif dans toutes les conditions que j’ai rencontrées pendant tout l’événement en acceptant tous les défis par rapport aux balles pas formidables à cause du froid, etc. Mais je prends les choses de manière positive. J’essaie de travailler tous les jours avec la bonne détermination. J’essaie d’atteindre mes objectifs. Je pense que c’est un des Roland-Garros qui a une valeur personnelle plus importante pour moi.

Rafa, une des choses que vous n’avez pas gagnée dans votre carrière, c’est le Masters. Est-ce que, parce que vous n’avez pas beaucoup joué cette année, vous avez une meilleure chance là, parce qu’en général, vous arrivez à Londres fatigué après une année bien remplie ?

Je ne connais même pas mon calendrier, je ne sais donc pas ce que je vais faire après ce tournoi. Je ne peux pas dire si je vais continuer à jouer ou m’arrêter pendant les mois à venir. J’ai encore rien décidé. Je ne sais pas si je veux continuer à aller de l’avant avec le calendrier normal ou si je m’arrête jusqu’à l’année prochaine. C’est quelque chose que je dois évaluer. Je ne vais pas en parler aujourd’hui parce que je ne sais pas si je vais aller au Masters. Je ne sais pas si je vais jouer ou pas. C’est une conversation que je dois avoir avec ma famille et mon équipe pendant les jours à venir. Je dois prendre les choses à froid, analyser l’avenir, parce que nous sommes confrontés à une situation difficile comme tout le monde le sait.
Avec l’Open d’Australie, il faut une quarantaine avant d’aller sur le court. Il faut être intelligent et prendre les bonnes décisions à chaque instant. Donc pour l’instant, je fais de mon mieux pour ne pas prendre de mauvaises décisions. Et pour prendre les bonnes décisions, je dois réfléchir à ce qui est vraiment important. Maintenant et avant ce match, je ne pensais qu’à Roland-Garros, je me fichais complètement de ce qui allait se passer après. Peut-être qu’à partir demain, nous allons commencer à réfléchir au meilleur calendrier possible pour moi.

Aujourd’hui (dimanche), sur le court et au fil des années, vous avez dit que vous ne vouliez pas parler de la signification des 20 titres de Grand Chelem pour rattraper Federer. Est-ce que vous pouvez comprendre pourquoi tout le monde se concentre sur ce chiffre et considère que c’est important pour vous d’y arriver ?

Je n’ai jamais caché que j’adorerais finir ma carrière en étant le joueur qui a gagné le plus de Grands Chelems. Ça, il n’y a aucun doute. D’autre part, je dis : “voilà je dois tracer mon chemin”. J’ai tracé mon chemin toute ma carrière. J’ai travaillé d’arrache-pied. Je ne vais pas toujours penser à Novak gagne celui-ci et Roger celui-là. Vous ne pouvez pas toujours être triste, parce que votre voisin a une plus grande maison, un plus grand bateau ou un meilleur téléphone. Il faut vivre sa vie personnelle. Personnellement, c’est ce que j’ai fait pendant toute ma carrière. J’essaie de suivre mon chemin, de faire de mon mieux chaque jour. Par rapport à ce record, bien sûr, que c’est important pour moi. Je suis un grand fan de l’histoire du sport en général. Donc je respecte bien sûr cela. Pour moi, cela veut dire beaucoup de partager ce chiffre de 20 titres de Grand Chelem avec Roger. Mais on va voir ce qui se passe quand on termine nos carrières. On continue à jouer tous les deux. Et je ne sais pas ce qui va se produire à l’avenir. Je suis enthousiaste et bien sûr ça, a beaucoup d’importance pour moi. Partager ce record entre nous, on a une rivalité incroyable depuis si longtemps. C’est quelque chose qui est formidable. J’en suis convaincu. On va voir comment les choses évoluent à l’avenir.

Vous n’êtes pas quelqu’un qui veut souvent se venger, mais par rapport à aujourd’hui, vous avez certainement pensé à l’Open d’Australie et à la dernière rencontre avec Novak et comment vous avez été dévasté à ce moment. Là, vous devez vous sentir satisfait ?

Oui, bien sûr. Comme vous le savez, je ne suis pas un grand fan des revanches. J’accepte quand les choses ne vont pas dans la direction que je souhaite. En Australie il a joué incroyablement bien. Pour moi, c’était très difficile de bien jouer parce qu’il a trop bien joué ! Aujourd’hui, c’était un peu l’opposé en particulier pendant les 2 premiers sets et demi. Mais je me fiche un peu de cela, je ne me sens pas mieux parce que j’ai gagné 6/0 6/2 7/5 que si j’avais gagné 6/4 dans le cinquième. Donc non vraiment c’est peut-être plus magique de gagner 6/4 dans le cinquième que de gagner en trois sets secs en termes de sentiment personnel, c’est plus satisfaisant que de gagner en trois sets secs. D’un autre côté, gagner contre Novak avec ce score, ça veut dire que j’ai fait beaucoup de choses bien.

Est-ce que vous pouvez mettre en mots ce que vous avez ressenti après la balle de match, lorsque vous êtes tombé à genoux sur le court ? Vous n’avez jamais semblé aussi enthousiaste qu’aujourd’hui…

J’ai été très enthousiaste dans le passé aussi. Pour moi, honnêtement, il y a un mois et demi, si vous m’aviez dit : « tu remporteras le trophée à nouveau », j’aurais dit : « cette année ce sera probablement trop difficile » Mais voilà, dans le sport, les choses changent très rapidement. Et j’ai fait les choses que je devais faire avec le grand soutien de mon équipe. J’ai tout le temps eu mon équipe à mes côtés. Elle m’a soutenu dans les jours difficiles. C’est difficile de travailler chaque jour sans un programme clair. Donc c’est formidable d’avoir des grands professionnels et des êtres humains formidables à mes côtés pour me pousser, m’aider dans ces jours difficiles. D’une certaine manière, aujourd’hui, le fait que j’ai joué à ce niveau est dédié à tous ceux qui m’ont aidé.

Propos recueillis par E-A à Roland-Garros