Benoît Paire : «C’est un rêve qui se réalise»

Benoît Paire : «C’est un rêve qui se réalise»

14 septembre 2018 0 Par SoTennis

Benoît Paire a apporté le premier point à l’équipe de France de Coupe Davis. Vendredi, l’Avignonnais, qui disputait son premier match dans cette compétition , a dominé Pablo Carreno Busta en trois sets (7-5, 6-1, 6-0 en 1h54 minutes)

 «C’est pour moi la plus grande émotion que j’ai connue sur un court de tennis. Ça n’a pas été simple à gérer, mais je m’y attendais. J’avais prévenu le capitaine que ça allait être dur la descente et l’hymne. On s’était préparé à cela. On avait fait le chemin ensemble. C’est vrai qu’avec l’épisode des Jeux olympiques, avec tout ce qui s’est passé, j’avais pris un gros coup sur la tête. Me retrouver maintenant à jouer pour l’équipe de France, à Lille, en demi-finale, être convoqué par la capitaine, jouer mon premier match, ça a été pour moi ingérable. C’est aussi pour cela que je commence le match un peu tendu. Forcément, les émotions remontent. J’ai toujours eu envie de jouer pour le maillot de l’équipe de France. C’est un rêve qui se réalise. Au moment de l’hymne, je me battais pour ne pas pleurer. Je me disais : « Benoît, reste calme, reste calme. » C’était très dur. J’ai pensé à tout ce qui s’est passé depuis les Jeux olympiques. J’ai reçu beaucoup de choses… Mais c’est du passé. Aujourd’hui, j’avais envie de montrer à tout le monde que j’étais capable de bien me comporter de me battre jusqu’au bout, de rien lâcher. La seule appréhension était d’avoir les jambes un peu coupées par la pression. Pour le reste (le comportement) je savais que ça allait bien se passer. Je n’ai rien lâché. J’avais aussi envie de profiter de cette ambiance. Être dans un stade comme cela, avec autant de personnes qui soutiennent l’équipe de France, il fallait se battre, tout donner et c’est ce que j’ai fait. Cette semaine d’entraînement, m’a fait beaucoup de bien, ils m’ont très bien accueilli.  Avec Yannick, il y a eu beaucoup de discussions. Je lui ai raconté mes sensations durant le match. Que j’avais du mal à servir, que j’avais un mauvais rythme. Que sur les retours, je pouvais faire beaucoup mieux… Depuis le début du match, je sentais que je pouvais faire mieux. Le fait de débreaker (lors du premier set) m’a libéré. Aujourd’hui, j’ai pris du plaisir. Je suis content d’apporter un point à cette équipe. Maintenant, il va falloir aller soutenir le copain.» a déclaré Benoît Paire en conférence de presse.

Propos recueillis par E-A à Villeneuve-d’Ascq